07 44 09 33 16

Oren Laloum sur France Bleu Roussillon

Mise à jour le

21/02/2024

Temps de lecture

4 minutes

Mise à jour le

21/02/2024

Temps de lecture

4 minutes

Sommaire

Notre Directeur Général, Oren Laloum, a répondu aux questions du journaliste de France Bleu Roussillon pour l’émission « La nouvelle éco ». 

Vous trouverez la retranscription de l’interview ci-dessous : 

Votre entreprise est spécialisée dans les solutions intelligentes et connectées pour l'eau chaude et le chauffage.

S'agit-il de commandes à distance depuis le téléphone ?

En effet, c’est une partie de ce que nous faisons. Nous avons développé des solutions de production et de gestion d’énergie renouvelables, qui sont connectées sur l’intégralité de notre gamme.

L’objectif est de coupler une source d’énergie renouvelable, comme une pompe à chaleur ou un système solaire combiné ou photovoltaïque, pour réduire la consommation et la facture d’énergie.

En termes de consommation d’énergie, on peut réduire la facture jusqu’à 60%. C’est considérable. Nous avons aussi une batterie de stockage. L’énergie des panneaux solaires qui n’est pas utilisée n’est pas perdue, on peut la stocker.

Combien coûte cette batterie de stockage ?

Notre système, appelé Inelio, a été développé à Perpignan. C’est une batterie qui vient en remplacement des systèmes de chaudière au gaz pour passer à une maison électrique.

Elle permet de stocker de l’énergie. Le coût d’installation, fourniture et pose avec la centrale solaire est compris entre 15 000 et 35 000 euros. Cela comprend les panneaux solaires sur le toit et le système de chauffage qui l’accompagne, ainsi que toute la partie connectivité.

Le prix dépend de la surface de la maison et de ce qu’il est nécessaire d’installer ou non dans le logement.

Pouvez-vous nous parler de votre activité ces dernières années ?

 Nous avons multiplié notre chiffre d’affaires par 5 en un an et nous sommes déjà au même niveau que l’année dernière.

Nous sommes très heureux de voir notre entreprise se développer dans notre département et nous prévoyons de rester ici. Le nombre d’emplois augmente également.

L’année dernière, nous avons clôturé notre exercice avec un chiffre d’affaires de 14 millions d’euros.

Vous avez réalisé 14 millions d'euros de chiffre d'affaires l'an passé, vous pourriez potentiellement doubler ce chiffre d'affaires d'ici la fin de l'année ?

Oui, c’est ce que nous allons essayer de réaliser. L’objectif reste de le faire tout en maintenant un niveau de qualité de service pour nos clients, car c’est le plus important.

Nous visons un gros chiffre d’affaires, mais nous voulons aussi continuer à assurer la qualité pour nos utilisateurs.

Et à long terme, où voyez-vous votre entreprise ? Dans 5 ans, pensez-vous atteindre les 100 millions d'euros de chiffre d'affaires ?

Ce sont des chiffres qui font rêver beaucoup d’entrepreneurs. C’est une histoire de réussite assez incroyable. Peu d’entreprises peuvent prétendre à une telle croissance. C’est vrai que nous sommes dans un secteur extrêmement dynamique. Le contexte énergétique nous favorise énormément et je pense que le coût de l’énergie ne va pas diminuer dans les prochaines années.

Nous visons donc un développement national qui continue. Nous avons aujourd’hui environ 40 000 clients qui installent nos solutions.

Nous envisageons également un développement dans certains pays d’Europe, comme l’Espagne et l’Italie, qui sont juste à côté.

Prévoyez-vous de recruter ? Combien de salariés avez-vous chez FHE ?

Aujourd’hui, nous sommes 80 (France et Maroc). Je pense que nous finirons l’année à plus d’une centaine. 

Dans cinq ans, nous devrions avoir environ 200 salariés.

C'est facile de recruter dans votre secteur ? Il y a des secteurs où les patrons cherchent mais ne trouvent pas.

Nous avons les mêmes difficultés. C’est parfois compliqué sur des postes où nous ne trouvons pas d’entreprises similaires, par exemple sur le bassin.

Cependant, nous avons aussi beaucoup de personnes qui se sont exilées il y a quelques années et qui reviennent travailler chez nous pour une question de confort de vie.

Ils quittent Paris, les grandes métropoles, pour venir s’installer dans notre département.

Mais ce sont des ingénieurs, des techniciens qui installent les panneaux, des solutions connectées ?

Un peu des deux. Nous avons beaucoup d’ingénieurs, des chercheurs aussi.

Et étant donné que nous assurons le service après-vente de nos solutions, nous avons également des techniciens plombiers, chauffagistes, photovoltaïques pour assurer la maintenance et le suivi des solutions dans la région.

 

Quand le CA d'une entreprise grimpe comme la vôtre, les salaires sont-ils aussi attractifs ? Un technicien, chez vous, ça gagne combien ?

Aujourd’hui, pour vous donner une idée, un technicien a un salaire médian de 2 000 euros.

Nous avons une politique un peu particulière chez nous.

Nous avons une règle des 5, c’est-à-dire que nous multiplions par 5 entre le salaire le plus bas et mon salaire. L’idée est d’avoir une cohésion et quelque chose de cohérent.

 

Il y a à Perpignan une école supérieure d'énergies renouvelables. Recrutez-vous dans cette école ?

Oui, effectivement, nous recrutons dans cette école. Nous recrutons aussi dans les écoles d’ingénieurs de Perpignan. 

Nous essayons de garder les talents ici pour éviter qu’ils ne partent, surtout à Montpellier.

Pour les jeunes, nous avons une moyenne d’âge de 25 ans chez les développeurs informatiques. C’est des gens que nous avons récupérés à leur sortie d’école.

 

Selon vous, les écoles de Perpignan sont-elles à la hauteur ?

Oui, largement. En particulier dans nos métiers sur les énergies renouvelables, nous n’avons pas de problématique. Après, ils font des carrières, quelques-uns déjà sont avec nous sur plusieurs années.

Puis, il y a l’équipe encadrante. Quand on reçoit un jeune, même s’il sort d’école d’ingénieur, il reste jeune, il a encore beaucoup de choses à apprendre. Donc, on prend le temps de les former. Il y a toute une stratégie, des processus qui nous permettent de faire en sorte qu’ils y arrivent avec un objectif. Le but n’est pas qu’ils passent toute leur vie chez nous.

Certains sont devenus entrepreneurs. On est très fiers d’eux. Il y en a même avec qui on travaille en partenariat. Donc effectivement, le bassin perpignanais est réactif là-dessus.

2024 : + 9% d'augmentation du prix de l'électricité

Envie de réaliser des économies d'énergie ?
Testez votre éligibilité à nos solutions.
Tout savoir sur l'autoconsommation solaire
Pour tout comprendre à l'Autoconsommation Solaire, téléchargez le guide !
Inelio dynamic plaquette

Téléchargez la brochure​

Découvrez l’innovation Inelio Dynamic qui stocke l’énergie solaire.
Qu'avez-vous pensé de notre article ?
5/5 – (1 vote)
Audrey
Audrey
Ancienne journaliste (depuis 2012), j'ai rejoins l'équipe de FHE France en tant qu'assistante marketing et communication. Je gère au quotidien les relations presses et la rédactions d'articles afin de faire connaitre les produits FHE France et l'autoconsommation solaire intelligente au grand public.
Connectez-vous à votre espace client
Inscription newsletter qui décrypte le monde de l'énergie

La Newsletter qui décrypte le monde de l'énergie.

Chaque mois, plongez dans l’analyse d’un sujet passionnant et découvrez les actualités clés de la rénovation énergétique.

Livre blanc autoconso

Téléchargez le Guide ultime de l'autoconsommation 2024 (gratuit)