Construire de nouvelles centrales nucléaires, bonne ou mauvaise idée ?

Dans le contexte de la COP26 de Glasgow et du rapport très alarmant pour le climat du GIEC de 2021, les différents pays du monde cherchent des solutions pour arriver à atteindre le plus rapidement possible la neutralité carbone. En France, le RTE (gestionnaire du Réseau de Transport d’Électricité français) a également publié une étude fouillée présentant les différentes options d’évolution du mix énergétique français à l’horizon 2050.
Le président de la République, Emmanuel Macron, dans son discours du 9 novembre 2021 a annoncé souhaiter la construction de nouvelles centrales nucléaires en France.
Quelles sont les conséquences d’une telle annonce ? Quels sont les avantages et les attentes à développer le parc nucléaire français ? Quels sont les arguments des opposants à cette annonce ?

Que représente le nucléaire en France ?

Les avantages du parc nucléaire français

Sur les ~500 TWh d’électricité produite par le parc de production électrique français, plus de 400 TWh sont générées par les 19 centrales nucléaires du territoire et leurs 58 réacteurs. 70% de l’électricité consommée en France est donc produite grâce au nucléaire qui est la source d’énergie principale. Nous sommes le premier pays du monde en nombre de réacteurs nucléaires par habitant.
Comparé à d’autres pays, notamment en Europe, le parc nucléaire français a permis à la France de conserver une indépendance énergétique non négligeable tout en utilisant une énergie décarbonée, et donc réduire l’impact de notre consommation dans l’émission de gaz à effet de serre.

Un parc vieillissant

D’après l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) la durée de vie maximale d’une centrale nucléaire ne peut pas excéder 40 à 50 ans sans que l’augmentation des risques d’accident ne soit inévitable. Les premiers réacteurs avaient commencés à être déployés dès la fin des années 1950, et le déploiement de la majorité du parc actuel a commencé à la fin des années 1970, la majorité des centrales nucléaires du parc français ont donc plus de 34 ans.
Le parc nucléaire arrive en fin de parcours, ce qui soulève la question fatidique, faut-il passer exclusivement à une autre source d’énergie ou construire de nouvelles centrales ? D’autant plus que ces questions doivent trouver des réponses assez rapidement, car la construction et la mise en service d’une centrale nucléaire prend en moyenne 5 ans.

Est-il possible de construire de nouvelles centrales nucléaires en France ?

Les prédictions du RTE

Dans son étude sur « les futurs énergétiques » à l’horizon 2050, pour atteindre la neutralité carbone, le RTE a établi plusieurs scénarios réalisables d’évolution du mix énergétique français comprenant l’utilisation de l’énergie nucléaire. À condition, systématiquement de développer en parallèle et de manière importante la production des énergies renouvelables.
 
De plus, l’existence depuis 40 ans de la filière du nucléaire en France, a doté le pays de tout un maillage de compétences, de savoir-faire, d’infrastructures et d’entreprises qui maîtrisent déjà ce secteur. Le déploiement de nouvelles centrales est donc largement possible en France et permettrait d’atteindre la neutralité carbone en s’inscrivant dans les scénarios du RTE.

Les problématiques de l'énergie nucléaire

Cependant, l’énergie nucléaire n’est pas parfaite pour autant. Deux grosses problématiques viennent noircir le tableau.

La gestion des déchets radioactifs

La filière du nucléaire en France sait parfaitement gérer la grande majorité des déchets peu et moyennement radioactifs des réacteurs nucléaires. Cependant une partie des déchets radioactifs produits par les centrales nucléaires, dit à « haute activité » (0,2%), sont extrêmement dangereux et cela pour plusieurs milliers d’années.
Bien que des solutions concrètes, notamment le stockage profond CIGÉO à Bure, promettent de résoudre la problématique sur le très long terme, ou encore le projet de piles en diamant alimentés par des déchets nucléaires de l’université de Bristol, nous n’avons pour l’instant pas de solution existante pour nous débarrasser de ces déchets radioactifs. Ce qui crée beaucoup d’incertitude et pose des questions éthiques concernant cette source d’énergie tant que CIGÉO ne sera pas déployé.

Le danger nucléaire

Dans un contexte complexe mêlant menace terroristecrise sanitairedégradation environnementale… La possibilité d’une attaque sur une centrale nucléaire vient s’ajouter à l’éventualité (peu probable) d’un accident majeur humain ou environnemental. En effet, face à l’ampleur de désastres comme l’explosion de la centrale de Tchernobyl (Erreur humaine sur un réacteur à technologie RBMK) en Russie ou encore de Fukushima (causé par un Tsunami) au Japon, il est bien normal de s’inquiéter sur l’éventualité d’un accident.
 
Le maillage de 58 réacteurs dispersés dans toute la France, la majorité en amont de fleuves (comme la centrale de Nogent-sur-seine en amont de Paris), laisse présager dans le contexte le plus pessimiste un accident aux conséquences terribles.
 
Même en prenant toutes les précautions possibles, le risque ne peut jamais être réduit à 0, et c’est l’ASN qui le dit, de plus face aux conséquences gravissimes d’un accident éventuel, c’est une vraie question que notre société peut et doit se poser.

Les nouvelles technologies nucléaires

La technologie des réacteurs nucléaires évolue et s’améliore avec le temps, dans le projet de nouvelles constructions de centrales du gouvernement, les réacteurs construits seront à technologie EPR (Evolutionary pressurized reactor). Une nouvelles technologie permettant une production d’énergie plus importante et théoriquement une sureté plus importante. Ce réacteur de 3e génération, de conception française, peut alimenter à lui seul une ville comme Paris, dispose de systèmes redondants de sûreté et une épaisse enveloppe de confinement en béton, peut être alimenté avec du MOX (Combustible issu à 96% du recyclage des combustibles usés, limitant fortement le déchets à haute activité).  

Existe t-il des alternatives ?

Une fois les pour et les contre de l’utilisation d’énergie nucléaire évoqués; examinons les alternatives. Est-il possible de se passer d’énergie nucléaire en France ? La réponse est oui.

Un mix énergétique à 100% EnR

champ de panneaux solaires
D’après les projections du RTE, le mix énergétique (pour l’électricité) français peut être à 100% assuré par les énergies renouvelables. À condition de développer massivement la production photovoltaïque ainsi que l’éolien terrestre et maritime, tout en rendant systématique l’utilisation de solution de pilotage de la consommation et de stockage d’énergie. L’objectif est de réduire les risques du nucléaire au néant d’ici 2050.
 
Même dans un scénario de mix énergétique (renouvelable et nucléaire), le développement de la production d’EnR, l’utilisation de solutions de pilotage et de stockage d’énergie est, d’après le RTE, indispensable pour atteindre la neutralité carbone.
 
La différence entre un scénario 100% renouvelable et un scénario mix renouvelable plus nucléaire, est un enjeu principalement économiques ; conserver le parc nucléaire permettrait notamment de sauvegarder les emplois de la filière et de faire des économies, notamment en conservant une partie du parc actuel jusqu’en 2050.
Comme le coût des énergies renouvelables devient avec le temps de plus en plus intéressant face au coût de l’énergie nucléaire, cette alternative de mix énergétique composé à 100% par les énergies renouvelables d’ici 2050 ne coûterait pas nécessairement plus cher selon le RTE.

Conclusion

Toujours d’après le RTE, deux principaux choix s’offrent à nous, celui du mix renouvelable/nucléaire pour le parc énergétique français permettrait d’atteindre la neutralité carbone dans les temps d’ici 2050. Mais il est aussi possible, de développer suffisamment les énergies renouvelables en France pour se passer entièrement du nucléaire d’ici 2050. 
 
Il s’agit surtout d’un choix politique pondéré d’un côté par l’ombre d’une menace complexe et des problématiques économiques qui en découlerait.
Le plus important, reste de réfléchir et de planifier intelligemment cette adaptation du mix énergétique pour ne pas générer un désordre entre les capacités de production du parc français et la demande d’énergie croissante.
Découvrez combien d'économie vous pouvez réaliser grâce à l'autoconsommation avec notre simulateur
guide autoconsommation
Recevoir le Guide ultime de l'autoconsommation 2022
Inelio dynamic plaquette
Téléchargez la brochure

Découvrez l’innovation Inelio Dynamic qui stocke l’énergie solaire.

Qu'avez-vous pensé de notre article ?
5/5 – (7 votes)
Rudy
Rudy
Passionné par la technologie et le web, j'ai rejoint l'équipe de FHE France en octobre 2020 en tant que responsable webmarketing. Spécialiste de toutes les questions liées à l'innovation, au digital et à l'autoconsommation, je gère tous les jours l'ensemble des axes de communication web permettant de mettre en avant nos marques, leurs valeurs et de développer la satisfaction des utilisateurs des produits FHE France et Achille by fhe.
guide autoconsommation

 Téléchargez le guide ultime de l'autoconsommation 2022 (gratuit)