Rénovation écologique – Guide 2021 pour une maison verte

Rénover son logement pour en faire un bien plus propre et performant, en faire une « maison verte » respectueuse de l’environnement, en quoi cela consiste ? Quelles sont les spécificités d’une maison écologique ? Quelles sont les parties que l’on peut rénover et comment le faire tout en restant respectueux de l’environnement ? Que faut-il savoir sur la rénovation écologique ?

Nous allons répondre à toutes ces questions dans ce Guide 2021 sur la rénovation écologique, depuis les problèmes environnementaux générés par les actes de rénovation, les points positifs à faire rénover son logement, en passant aussi par les matériaux à privilégier ou encore comment adapter ses travaux pour préserver l’environnement. 

Sommaire

C'est quoi la rénovation écologique ?

La rénovation "classique"

La rénovation d’un logement, consiste à remettre en état des parties abîmées par le temps, à améliorer aussi bien l’aspect intérieur et extérieur, le moderniser et améliorer les performances énergétiques.
Cette rénovation peut concerner toute la maison, ou seulement des parties ou des pièces spécifiques. Les actes de rénovation sont souvent réalisés avec l’objectif de répondre aux nouvelles normes en vigueur dans le secteur de l’habitat (RT2012 et RE2020).

Les actes de rénovation peuvent impliquer tous les aspects de la maison, depuis le gros œuvre, la charpente, lisolation, l’électricité, la plomberie, le chauffage. Tout dépend de l’objectif et du budget du propriétaire alloué aux actes de rénovation énergétique. L’ampleur de la rénovation sera fortement impactée par ces facteurs, il pourra s’agir soit de petites rénovations décoratives (peinture, revêtement de sol), de rénovations complètes de certaines parties de la maison ou de la rénovation totale.

Les spécificités de la rénovation "verte"

La rénovation écologique va comprendre tous les aspects classiques d’un acte de rénovation du logement, mais les enjeux environnementaux y sont particulièrement priorisés dans la remise à neuf du logement. C’est une réponse concrète et palpable face aux problématiques de réchauffement climatique et de destruction de l’environnement qui permet d’avoir un logement avec une empreinte carbone moins importante.

L’objectif de la rénovation écologique est de transformer une vieille habitation (souvent une ancienne passoire thermique) en une habitation verte respectueuse de l’environnement. Pour ce faire, les techniques de rénovation et les matériaux utilisés sont sélectionnés pour leur impact le moins néfaste sur l’environnement et pour leur performance énergétique. La rénovation écologique va comprendre tous les pans de la rénovation, depuis le gros œuvre, la charpente, l’isolation, l’électricité, la plomberie, le chauffage.

Comment faire de la rénovation écologique ?

Concrètement, quels sont les réflexions, techniques et matériaux utilisés dans la rénovation écologique du logement ? Voyons ça ensemble. 

Bien définir son projet

Un projet de maison écologique a comme objectif de respecter l’environnement et le milieu naturel. En amont des actes de rénovation, ce type de projet est murement réfléchi et programmé

Recyclage et gaspillage

En définissant en détail tous les aspects des travaux à venir, la rénovation écologique va tenter de limiter au maximum de gaspiller les matériaux et limiter la fabrication de nouveaux objets en déterminant à l’avance les produits qui seront utiles.
Exemple : Ne pas acheter plus de câbles électriques que nécessaire pour limiter l’eventuel gaspillage.

De plus, la rénovation « verte » va favoriser le recyclage et la réutilisation d’anciens produits. Que ce soit en intégrant dans sa propre rénovation des produits de seconde main ou en réutilisant des composants de l’ancienne maison sur le projet de rénovation ou pour d’autres projets. 
Exemple : Réutiliser les anciens cadres de fenêtre pour un autre projet.

Rénovation bioclimatique et respectueuse

Les projets de rénovation écologique doivent s’adapter au milieu naturel dans lequel l’habitation évolue. Ces actes de rénovation essaieront donc d’avoir un impact limité sur l’environnement. 
Exemple : Intégrer la végétation ou les arbres environnant dans la structure de la rénovation. 

Des techniques de rénovation bioclimatique sont aussi à privilégier. Le but étant de tirer le meilleur parti de l’environnement afin d’obtenir un habitat non seulement économique mais également écologique. La conception bioclimatique s’adapte au climat, à l’exposition, à l’environnement direct ainsi qu’à la zone géographique de la construction, et ce, dans le but d’obtenir un confort optimal tout en consommant le moins d’énergie possible.
Exemple : Installer des fenêtres sur les côtés exposés de la maison pour générer naturellement de la chaleur et à l’inverse, éviter de faire des ouvertures sur les côtés moins exposés.

Seuil énergétique

Une habitation écologique doit aussi essayer de réduire au maximum la consommation en électricité du logement. Un seuil de 50 kWh par mètre carré (m²) est visé. Pour ce faire, l’isolation du logement doit être priorisée, l’intelligence bioclimatique pour éviter de devoir ajouter des lumières artificielles est aussi de mise ainsi que la limitation du nombre d’appareils électriques. Une solution alternative que nous verrons en détail plus loin, est l’ajout d’une installation de production d’énergie photovoltaïque intelligente en autoconsommation avec un système de stockage écologique.

Utiliser les bons matériaux

En construction comme en rénovation, pour ce qui est du respect de l’environnement et de la santé, tous les matériaux ne sont pas égaux. En utilisant des matériaux conçus et fabriqués dans le respect de l’environnement pour votre projet de rénovation, non seulement vous favorisez le développement durable, mais vous respectez aussi davantage votre santé. 

Ces matériaux sont fabriqués en respectant les normes liées au développement durable et en majorité issu du recyclage, de ressources renouvelables ou de matières biosourcées d’origine végétale ou animale, dont l’impact environnemental est aussi faible que possible. Ils ne sont pas nocifs pour la santé et provoquent moins d’allergies ou d’intoxications comme cela peut être le cas sur des matériaux plus pauvres. 

Écomatériaux de gros oeuvres

toit en bambou

Pour les actes de rénovation du gros œuvre, c’est-à-dire, la rénovation qui va impacter la structure de l’habitation, comme la toiture ou les murs, des alternatives aux matériaux « classiques » existent. 

En ce qui concerne la charpente, le bois reste la matière incontournable pour assurer une bonne construction et une bonne sécurité. Cependant, cette matière première se fait de plus en plus rare et implique soit la destruction de forêts naturelles, soit l’utilisation de bois issu d’exploitations artificielles dont les arbres arrivent à maturité plus rapidement à renfort d’engrais néfaste pour les sols. Il convient donc de faire attention à la provenance du bois qui est utilisé dans ces travaux de gros œuvres et s’assurer qu’ils proviennent d’une plantation qui respecte le développement durable pour rester cohérent avec son projet. Le bambou est aussi une alternative possible aux structures en bois traditionnelles. Déjà utilisé très largement dans certains pays d’Asie, le bambou a l’avantage d’être abondant, de pousser rapidement et d’arriver à maturité sans nécessiter d’engrais

Pour ce qui est des travaux de gros œuvres liés aux murs et aux sols, plusieurs alternatives au béton classique existe. Pour information, le béton est le matériau le plus utilisé sur terre, dans le même temps, il est responsable de 4 à 8% des émissions mondiales de CO², consomme 1/10 de l’eau utilisée par l’homme à l’échelle mondiale et est toxique pour la santé. C’est le matériau le plus polluant du monde
Il est cependant possible d’utiliser d’autres matériaux comme :
– les briques de terre crue (BTC) 
– l’argile expansée
– le béton cellulaire
– le ciment écologique ou « celitement »

Matériaux écologiques pour l'isolation

Concernant les matériaux dans le cadre de l’isolation thermique et acoustique, les écomatériaux ont déjà bonne réputation en raison de leurs spécificités et de leurs performances excellentes.

Contrairement par exemple à la laine de verre, le matériau le plus utilisé en France pour l’isolation depuis plus de 30 ans, qui est très polluante à sa fabrication 3 à 8 fois plus que les éco matériaux, n’est pas recyclable et peut provoquer des allergies et irritations.

Parmi les écomatériaux efficace en isolant, on va retrouver : 
– La laine de mouton (qui régule aussi l’humidité de l’air)
– L’ouate de cellulose (composée de papier recyclé)
– Le lin
– la paille
– le verre cellulaire
– le liège (léger, imputrescible et résistant au feu)

isolation paille

Matériaux écologiques pour les revêtements

Les peintures synthétiques « classiques » sont composées d’ingrédients issus de la pétrochimie et de la chimie lourde. Elles contiennent donc des produits très toxiques qui sont libérés pendant et après leur mise en œuvre. De plus leur fabrication est aussi polluante. 

Fort heureusement, des alternatives existent pour permettre tout de même de personnaliser sa décoration intérieure. Les peintures bio, des colles et des vernis sans solvants existent et sont très efficaces. Pour être certain que ces produits de décorations d’intérieurs soient respectueux de l’environnement et de votre santé, vérifier que ces derniers sont bien labellisés NF130 Environnement ou Écolabel.

Pour ce qui est du revêtement de sols, vous trouverez des carrelages en terre cuite moins polluants à la fabrication que les carrelages classiques. Ou encore des pierres naturelles comme le calcaire, l’ardoise, le grès ou le jonc de mer. 

La couverture de la toiture

30% de la déperdition de chaleur passe par la toiture, il est donc primordial de vous assurer que cette dernière est correctement couverte et isolée. Les combles, pont thermique entre l’intérieur et l’extérieur doivent aussi être très bien isolés pour éviter les déperditions.

Pour couvrir votre toiture, plusieurs possibilités s’offrent à vous, le cuivre de zinc, la chaume, la terre cuite, ou encore la paille sont des possibilités. Notre préférence personnelle va tout de même aux toits végétalisés qui permettent à la fois de tempérer l’habitation et de proposer un beau rendu. Attention cependant à bien définir votre projet de toit végétalisé en fonction de votre zone géographique pour ne pas avoir à user trop d’eau pour l’entretenir.

Mobilier éco-responsable

Dans le domaine de l’ameublement, de nombreuses solutions existent aussi pour vous permettre de décorer votre logement tout en étant respectueux de l’environnement. 

Le meuble durable couvre un large spectre, de l’ameublement à la literie en passant par la décoration de cuisine.
Le mobilier réutilisé en est le premier représentant, avant même d’en arriver à produire un meuble à l’empreinte carbone basse, la meilleure alternative reste souvent de réutiliser un meuble ayant déjà servi. De nombreuses plateformes existent aujourd’hui pour permettre l’achat et la revente de mobilier d’occasion.
Le mobilier recyclé en est un autre, qu’il s’agisse d’une table basse, d’un meuble de rangement ou d’une étagère, sa base est issue d’un matériau qui a eu une première vie. Cette forme de recyclage limite ainsi le gaspillage et met sur le marché des objets ayant un impact réduit sur l’environnement. 

Production d'énergie renouvelable

Enfin, un autre moyen de faire baisser l’empreinte carbone grâce à la rénovation consiste à l’équiper d’une solution de production d’énergie renouvelable. 

En produisant de l’électricité, via un système photovoltaïque ou éolien, et en le redistribuant sur le réseau et/ou en l’autoconsommant, vous baissez la part d’énergie du réseau utilisée par votre logement. Et donc, vous utilisez moins d’électricité issue d’une production énergétique carbonée ou nucléaire. 

Coût des travaux de rénovation écologique ?

Le coût des travaux va très fortement changer en fonction de l’ampleur des travaux à effectuer. Il va varier en fonction du type de rénovation, s’il s’agit d’un petit projet ou d’une rénovation complète d’un logement, des matériaux qui seront sélectionnés, de l’accessibilité etc. Mais la véritable question, c’est : est ce que faire une rénovation écologique coûte plus cher qu’une rénovation classique à projet équivalent ? Pas nécessairement.

Contacter un professionnel

Avant de vous lancer corps et âmes dans votre projet de rénovation écologique, définissez les tâches à effectuer, quelles sont les actions que vous pourrez réaliser vous-même et quelles tâches devront être réalisées par un professionnel. Une fois cela fait, réaliser des devis (plusieurs) pour chacune des prestations. 

Ce faisant, vous aurez une idée plus claire du coût de votre projet, des différentes gammes de prix qui vous sont proposées, le rapport qualité/prix des matériaux et vous éviterez les risques de surcoût ou de factures imprévues.

Le recours à un professionnel qualifié est à privilégier pour vos travaux de rénovation. Les compétences techniques d’un professionnel vous assure théoriquement une qualité de rendu optimale. Un professionnel saura vous conseiller dans vos choix et vous évitera de faire des erreurs.

Attention, dans le cas d’une rénovation importante de votre maison, le recours à un architecte peut être nécessaire.

Aides disponibles

Bien que les matériaux écologiques soient souvent plus cher que leur version « classique », ce coût peut être absorbé de deux façons dans votre budget. 

Premièrement, vous pourrez avoir le droit à plusieurs aides pour vous permettre la réalisation de vos travaux de rénovation écologique. L’écoprêt à taux zéro peut vous être proposé par l’ANAH (agence nationale pour l’amélioration de l’habitat), le crédit d’impôt pour la transition énergétique, la réduction de la TVA, ou encore MaPrimeRenov. Si vous intégrez aussi l’installation de panneaux solaires en autoconsommation vous pourrez aussi avoir le droit à la prime à l’autoconsommation. Toutes ces aides additionnées peuvent vous permettre de faire baisser la facture finale de plus milliers d’euros.

Des économies sur le long terme

En plus des aides financières immédiates liées à vos travaux, les économies que vous allez réaliser sur le long terme sur vos différentes factures de chauffage, d’électricité ou de gaz sont aussi à prendre en compte dans l’amortissement du coût des travaux de rénovation écologique de votre logement.

Dans le cadre d’une rénovation écologique importante, alliée à l’installation de panneaux photovoltaïques avec un système de pilotage intelligent et un système de stockage thermique, vous pourrez même atteindre jusqu’à 100% d’autoconsommation.

N’hésitez pas à poser vos questions et à échanger avec nous en commentaire 😊

Découvrez combien d'économie vous pouvez réaliser grâce à l'autoconsommation avec notre simulateur
Recevoir le Guide ultime de l'autoconsommation 2021
Inelio dynamic plaquette
Télécharger la brochure

Découvrez l’innovation Inelio Dynamic qui stocke l’énergie solaire.

Rudy Molinillo
Rudy Molinillo
Passionné par la technologie et le web, j'ai rejoint l'équipe de FHE France en octobre 2020 en tant que responsable webmarketing. Spécialiste de toutes les questions liées à l'innovation, au digital et à l'autoconsommation, je gère tous les jours l'ensemble des axes de communication web permettant de mettre en avant nos marques, leurs valeurs et de développer la satisfaction des utilisateurs des produits FHE France et Achille by fhe.

 Téléchargez le guide ultime de l'autoconsommation 2021 (gratuit)